Retour vers le futur itinérant – partie I

Actualités de de l'Intelligence Artificielle - Machine Learning - Objets connectés

Retour vers le futur itinérant – partie I


Cela fait longtemps que j’ai écrit mon dernier blog, en partie parce que le travail a été mouvementé. Maintenant que je suis enfin en vacances, j’ai un peu de temps pour créer un blog. Ne vous sentez pas désolé pour moi; J’aime écrire des blogs et je trouve que c’est le moyen idéal pour se détendre avant la rigueur du temps à la plage !

J’ai déjà écrit, dans un blog personnel, sur le thème de la normalisation où j’ai fait référence à l’histoire du GSM en tant que norme. Je pensais que ce serait ma première et dernière leçon d’histoire des télécommunications. Il s’avère que j’avais tort.

Il y a quelques mois, un ami et ancien collègue m’a proposé une offre intéressante. « Steve, j’ai vidé mon bureau et j’ai trouvé un CD qui pourrait t’intéresser – 4e Conférence annuelle – Faire entrer l’itinérance dans le futur’ ». Cela semblait intéressant alors je lui ai demandé de télécharger le contenu sur le cloud.

En me connectant à Google Drive, j’ai été choqué de voir que la plupart des noms de fichiers semblaient faire référence aux noms de famille de personnes que je connaissais personnellement. L’événement a eu lieu en 1999 et c’était avant même que j’entre dans le monde de l’itinérance. J’ai maintenant eu l’occasion de revoir tout le contenu et, bien que je ne sois pas Michael J Fox, laissez-moi vous assurer qu’il existe de nombreuses idées passées fascinantes qui sont pertinentes pour l’avenir. Bien que les présentations ne correspondent plus totalement à notre activité aujourd’hui, il est utile de les considérer comme un instantané de l’histoire de l’itinérance. À ce stade, je dois rapidement noter que rien dans aucun de mes blogs ne se veut une critique des auteurs des présentations. Nous pouvons tous être intelligents après l’événement.

Je vais commencer par le premier point à l’ordre du jour : « Réglementer l’itinérance mondiale ». Livré par mon ami Pietro Cotino, Omnitel Pronto Italia, maintenant Vodafone Italie, c’était un document sur la perspective de l’Association GSM et apparemment écrit par la GSMA. Il est à noter que bien qu’il s’agisse d’un article sur les points de vue de la GSMA sur la réglementation, le mot réglementation n’apparaît pas une seule fois dans le jeu (pour être précis, il apparaît dans un avertissement légal mais cela n’est pas pertinent pour le contenu de l’article) . Les phrases inquiétantes suivantes apparaissent dans le jeu :

  • Les prix n’ont généralement pas diminué, en raison des contraintes actuelles du marché et des contraintes techniques :
    • Marché : les utilisateurs itinérants sont considérés comme encore insensibles au prix ;
    • Contraintes techniques : les fonctionnalités très IOT (discounting et repricing) seront entièrement disponibles avec l’introduction de TAP3 (avril 2000).

Avec une telle approche, il n’est guère surprenant que l’UE ait introduit une réglementation sur l’itinérance seulement 8 ans plus tard. En fait, le CD comprenait une transcription de la table ronde qui a suivi la présentation de la GSMA. L’un de mes prédécesseurs chez one2one, aujourd’hui EE, Robin Saphra, a posé une question sur la Commission européenne annonçant qu’elle mènerait une enquête auto-initiée sur les niveaux des prix de l’itinérance qui, selon elle, pourraient être anticoncurrentiels. À la lecture de la transcription, il est clair que tous les orateurs ont estimé qu’il n’y avait pas de sensibilité ou d’élasticité aux prix. Je pense que l’explosion post-régulation du trafic de données a prouvé le contraire. Les signes avant-coureurs étaient là depuis le début, mais malheureusement, les opérateurs ont fait trop peu trop tard, à l’exception peut-être de l’offre révolutionnaire Vodafone Passport lancée en 2005. En fait, Vodafone a déclaré à l’époque que « Vodafone Passport est à la tête de la réponse de notre industrie à ces [EU] préoccupations [about roaming costs]”[1]. Malheureusement, alors que Vodafone a peut-être mené la réponse à la menace imminente de réglementation, le reste de l’industrie n’a pas répondu de manière adéquate. Alors que la plupart des opérateurs britanniques réintroduisent les frais d’itinérance dans la période post-Brexit, peut-on se demander s’ils ont tiré les leçons de l’histoire de l’itinérance ?

Le document de la GSMA note les spécifications récentes pour l’itinérance GPRS et CAMEL – qui allaient toutes deux devenir d’énormes succès. Malheureusement, le commentaire sur le routage optimal qui « un cahier des charges est prêt depuis un certain temps déjà, mais pas de réelle exigence de la part des opérateurs » était de ne jamais changer et je doute qu’il ait jamais été mis en œuvre n’importe où. Cela illustre bien que ce n’est pas parce que la technologie peut apporter des solutions complexes que le marché doit être prêt. L’interfonctionnement MMS est un autre exemple de solution technique qui a échoué et sans doute, depuis un certain temps, l’itinérance VoLTE. Espérons qu’avec l’introduction de solutions telles que RoamFlow de Mobileum, ce problème disparaîtra.

Le point suivant à l’ordre du jour abordé « Stratégies d’itinérance gagnantes du monde entier ». Quatre articles de quatre continents, dont chacun partage quelque chose d’intéressant et de pertinent.

Il y avait quelques points intéressants de la présentation de l’Amérique latine qui résonnent encore aujourd’hui. Le premier était une référence à une campagne de marketing pour la Coupe du monde en France ’98. De telles campagnes sont toujours le pain quotidien de nombreux opérateurs à travers le monde. Même nous, à Mobileum, soutenons la prochaine Coupe du monde à Qatar avec notre Forfaits spéciaux GlobalRoamer® pour assurer la qualité du service et de l’expérience – désolé pour la prise mais elle est irrésistible ! L’autre était la promotion de l’itinérance internormes. À ses débuts en 1999, son heure est venue et révolue alors que le monde s’est normalisé autour d’une technologie commune. La question est, combien de temps les choses resteront-elles ainsi ? Certains des mouvements politiques dans le monde qui commencent à avoir un impact sur la technologie pourraient très bien aboutir à des voies technologiques divergentes. L’itinérance interstandard pourrait-elle être définie pour un retour ?

Encore une fois, un autre visage familier et ami, Todd Tomkinson, a présenté la mise à jour de l’Amérique du Nord sur l’Alliance GSM. En mettant en commun les ressources à partir de 1997, l’objectif était d’accélérer le lancement de l’itinérance GSM tout en répondant à la complexité des multiples opérateurs, dans plusieurs régions, en Amérique du Nord. En fin de compte, les forces du marché ont pris le dessus et l’activité de fusion et d’acquisition a finalement conduit aux opérateurs nationaux de niveau 1 qui répondent à la grande majorité des besoins de couverture, mais pas à tous. Ce point précis a été clairement articulé dans une présentation de Paul Ruppert, alors de Pacific Bell. Bien que les hubs d’itinérance existent toujours et qu’il existe un certain marché pour eux, la majeure partie de toutes les activités d’itinérance est menée d’opérateur à opérateur, avec un rôle plus petit pour les hubs pour traiter la longue queue du trafic.

L’article d’Orange Israël (aujourd’hui Partner) donne un aperçu de l’histoire des communications mobiles sur un marché petit mais fortement pénétré. Orange a exploité son avantage technologique en étant le seul opérateur « à proposer un vrai roaming ». Cet avantage a alimenté une croissance énorme et est resté pendant un certain temps jusqu’à ce que leurs concurrents migrent vers le GSM. Cette leçon d’Israël sur les évolutions technologiques raccourcies a été habilement démontrée par Jio, Dish et Rakuten, respectivement en Inde, aux États-Unis et au Japon, qui ont lancé leurs réseaux sur la 4G uniquement.

Le dernier document régional sur « Inde – Comment le marché indien s’ouvre-t-il au reste du monde? » a été présenté par mon collègue Abraham Punnoosequi possédait déjà à l’époque une grande expertise sur le marché unique et complexe de l’itinérance locale.

Il est ahurissant de lire cet article et de comparer les faits de 1999 à ceux d’aujourd’hui. À l’époque, les abonnés mobiles représentaient une fraction des abonnés fixes. 17 opérateurs sont désormais réduits à seulement 3 opérateurs tandis que la base d’abonnés est passée de 1 million à 1 milliard. Abraham note certains des défis de l’itinérance en Inde à cette époque – le plus évident était simplement le nombre d’opérateurs. Je me souviens comment nous avons lutté pour rester au courant des noms et des emplacements de nos partenaires d’itinérance. Cela dit, de ce problème particulier est née une de mes amitiés les plus proches. Dans un moment de désespoir, j’ai contacté le responsable itinérant de Hutchison Max à Mumbai. Il a gentiment vérifié nos informations et notre site Web, sans rien demander en retour. Finalement, cette personne, Dhiraj Wazir, a déménagé au Royaume-Uni, nous l’avons embauché et nous sommes restés des amis proches depuis. Il est aujourd’hui PDG de Rocco Strategy.

Comme en Amérique du Nord, la concurrence et les forces du marché (et certaines actions des régulateurs et des politiciens) ont abordé la complexité du paysage indien. Une leçon claire de ces deux marchés est que le marché finira par résoudre les problèmes de complexité du marché.

Dans le prochain blog, j’examinerai l’introduction de TAP 3 et son lien avec les problèmes d’actualité tels que BCE et VoLTE.

[1] Pour plus de détails, voir le rapport de responsabilité d’entreprise 2005-06 de Vodafone, page 18 : https://www.vodafone.com/content/dam/vodcom/sustainability/pdfs/2005-06_vodafonecr.pdfRoamFlow