L’Ukraine va gagner – David Orban

Actualités de de l'Intelligence Artificielle - Machine Learning - Objets connectés

L’Ukraine va gagner – David Orban


L’attaque de la Russie contre l’Ukraine dans le but de l’envahir et de la contrôler est le plus grand conflit en Europe depuis la Seconde Guerre mondiale.

Il y a des pays qui croient être assez loin pour pouvoir l’ignorer, ou adopter une position équilibrée sans prendre parti. Ils ont tort. Dans le monde mondialement interconnecté d’aujourd’hui, ces conflits ont des répercussions, la géopolitique de la guerre au XXIe siècle ne laisse personne indifférent.

Poutine a décidé d’attaquer l’Ukraine pour tenter de l’incorporer dans un empire nouvellement formé. Cette tentative est combattue sur le terrain, avec des milliers de morts. On ne sait pas comment cela se terminera, que ce soit au cours des prochains jours, semaines ou mois, mais finalement la Russie ne gagnera pas. Il est certain que cela ne se passe pas comme prévu par Poutine. L’Ukraine n’a pas capitulé. Ce n’était pas seulement une province rebelle qu’il fallait contrôler. C’est une nation fière et indépendante. Après la chute de l’Union soviétique, elle a reconstruit une identité et un désir d’autodétermination qui n’envisage pas d’être contrôlée par un autre pays.

Au cours des semaines et des mois à venir, les attaques de missiles se poursuivront, bombardant et détruisant des villes ukrainiennes. La détermination de la population sera cruciale. Si la Russie est capable d’éliminer le gouvernement ukrainien démocratiquement élu, elle en installera un nouveau qui sera ami avec la Russie. Mais même s’ils devaient déclarer la victoire avec ce gouvernement en place, cela ne signifierait pas qu’ils auront conquis l’Ukraine en tant que pays.

La décision de Poutine a fondamentalement sapé son propre régime et a infligé des dommages durables à l’avenir politique et économique de la Russie. Les conséquences sont considérables.

Déjà, cela a amené l’Europe à faire preuve d’une cohésion et d’une capacité à décider rapidement sur des facteurs importants auxquels personne ne s’attendait. L’Europe pourrait aller encore plus loin. Elle n’a pas actuellement d’armée de niveau européen, elle pourrait décider que parallèlement à l’OTAN, l’alliance transatlantique avec les États-Unis, elle devrait effectivement avoir une armée de niveau européen et pour la financer, elle pourrait décider qu’elle a besoin d’une armée de niveau européen Imposition. Dans les deux cas, il faudrait de nouveaux traités. Cela refonderait en fait l’Union européenne. Mais en temps de crise, ces décisions pourraient être prises.

La Russie ne sera pas du tout renforcée par ce conflit, elle sera affaiblie dans une situation où elle a déjà été affaiblie par des décennies de kleptocratie et un régime corrompu. L’économie russe est excessivement dépendante de l’exportation de matières premières, telles que le gaz naturel, précisément parce qu’elle n’a pas été en mesure de développer un système sain de technologies en croissance, d’industries de services en croissance qui soutiendraient sa population, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur. Il y a bien sûr des exceptions, mais dans l’ensemble, le régime de Poutine a fragilisé l’économie qui aujourd’hui dépend excessivement de ces mêmes exportations que ce conflit va saper. Cela prendra peut-être 10 ans, mais l’Europe est maintenant sur une voie décisive pour démêler son avenir énergétique du gaz naturel en provenance de Russie. Les prochaines étapes pour la Russie sont claires. Peut-il soutenir Poutine, avec un nouveau conflit, un nouveau déclin, de nouvelles souffrances économiques, en fait une accélération ? Jusqu’à combien de mois et d’années avant que la population russe ainsi que les oligarques russes ne trouvent le moyen d’un changement de régime en interne ? Maintenant, ce changement n’est peut-être pas réellement vers un ensemble de nouveaux dirigeants éclairés, démocratiques, ouverts et constructifs. Cela pourrait être pire qu’avant, plus impitoyable, plus dictatorial, plus fermé au monde extérieur. Ce qui est sûr, c’est que la plus fondamentale des tendances, la tendance démographique qui a contribué au déclin de la population russe, va encore s’accélérer. La Russie court le risque au cours des 20 à 50 prochaines années d’approcher le niveau d’extinction des déclins de population.

La Chine et l’Inde sont assises d’un air suffisant sur les côtés.

La Chine dit cyniquement : « Eh bien, si nous ne pouvons pas échanger en dollars, parce que malheureusement la Russie est sous sanctions, nous pouvons peut-être échanger en monnaie chinoise. Au fait, nous venons d’introduire le Yuan numérique. Ne serait-ce pas un moyen commode de moderniser nos liens économiques ?

L’Inde importe presque toutes ses armes de Russie. Et alors que les États-Unis renforçaient leurs liens avec le Pakistan dans sa lutte contre l’Afghanistan et les talibans, l’Inde, la plus grande démocratie de la planète, a décidé que se rapprocher du dictateur russe était un bon choix. Pendant le conflit entre l’Ukraine et la Russie, ils prétendent qu’ils peuvent se permettre de ne pas prendre parti. Cette démocratie et ce gouvernement démocratiquement élu ne valent pas la peine d’être soutenus et défendus, même avec une simple déclaration de principe.

Mais peut-être que la plus grande surprise pour ceux qui ne considèrent pas le conflit dans le contexte le plus large possible est que les sanctions vont également nuire à long terme aux États-Unis. C’est parce que la dépendance de tant de pays vis-à-vis des systèmes contrôlés par les États-Unis va devenir très claire. Le système de paiement utilisé par les banques, appelé Swift, dont les banques russes ont été exclues. Mais aussi Internet lui-même, où le système de noms de domaine est pratiquement contrôlé par les États-Unis. Et au fil de nombreuses années, que ce soit la production de puces électroniques en Chine ou en Europe, que ce soit le développement de systèmes de paiement alternatifs, pourquoi pas, basés sur les crypto-monnaies et la Blockchain, mais au moins les monnaies numériques des banques centrales comme le digital Yuan, et un système Internet décentralisé et sans confiance qui n’est finalement contrôlé par aucune nation en sera le résultat. Cela prendra peut-être 10 ans, mais c’est ce qui va arriver.

Au cours des prochaines semaines, nous verrons beaucoup plus de personnes mourir. Et nous verrons le conflit se poursuivre. Le peuple ukrainien et le pays ukrainien en sortiront vainqueurs et l’agression qu’ils subissent actuellement cessera.